Le Tir à l'Arc


///  Texte de la Compagnie des Archers du Vert Galant

Sur le plan international et national.

Les origines du tir à l'arc

Sport des dieux et des mythes, des légendes et des réalités, le tir à l’arc s’inscrit dans l’histoire de l’humanité. Arme de chasse, arme de guerre, outil essentiel pour la survie de l’homme, l’arc est presque aussi ancien que l’humanité. L’ancienne Egypte utilisait des arcs en acacia. Un arc en if fossilisé fut retrouvé dans une cité lacustre suisse de 5 000 ans.
De nombreuses gravures rupestres attestent de l’usage de l’arc par l’homme, il y a 15 ou 20 000 ans. De plus les légendes et les mythologies parlent de l’arc comme l’arme des héros et des dieux.

L’origine des compagnies d’archers est née des dangers que faisaient courir jadis les agressions ennemies. Groupés autour des beffrois les archers conquirent et conservèrent avec fierté les libertés communales. Les milices du Nord jouèrent un rôle essentiel a la bataille de Bouvines en 1214. Charles V comprit le bénéfice de ces armes "roturières" et réservées à la "valetaille". Les désastres de Crécy et Poitiers l’encouragèrent à constituer des compagnies d’archers.

La compagnie est une grande fraternité. Tous les confrères ne formaient qu’une seule et même famille. Tous partageaient les incidents de la vie courante. Joies et douleurs étaient communes à tous et fournissaient l’occasion de réunion, de cérémonies. Chaque compagnie comportait une vingtaine de membres, dirigés par un connétable, nommé par ses pairs pour 2 ans. Chaque compagnie avait un étendard qui la précédait dans toutes les cérémonies officielles. Le patron des archers était l’ange saint Sébastien qui fut martyrisé à coup de flèches pour soutenir la foi et la vérité. Les compagnies se rencontraient dans des concours provinciaux précédés d’une parade dans la ville, ce sont les "bouquets provinciaux". Ces cérémonies se déroulent toujours à notre époque dans le Nord ou la Picardie.
Le chant du Bouquet est toujours évoqué :

Tout par amour, c’est la formule

Du vrai serment du bon archer,

Qui toujours droit, hardi, sans vain scrupule,

En chevalier prétend marcher,

Fuyant l’ivresse autant que la discorde,

Il veut la paix et sème la concorde,

Il est doux et courtois,

Défenseur du bon droit.

La compagnie était faite de moralité avec un règlement très strict, sous peine d’amendes. Grace à cette moralité et à cette probité irréprochables, exigées de tous les membres, les compagnies eurent toujours un renom légitime d’honneur et de vertu. Chaque chevalier possédait un arc de 6 pieds de haut, 18 flèches en bois de frêne ou de mélèze, d’un mètre environ, empennées de plumes d’oie ou de paon.

Lorsque vint la Révolution, l’Assemblée législative prononça la dissolution des compagnies d’archers le 13 juin 1790. Un instant relancées sous Bonaparte, elles furent dépouillées de leurs avantages et sans offrir un but d’utilité publique. Elles revirent le jour lors de la création des clubs de sport.

Une flèche, une cible, un arc, lorsqu’on aura ajouté les conditions climatiques, la description de cette aventure est quasi complète.

Art martial et sport occidental, tous les atouts sont réunis pour une pratique récréative, ludique ou compétitive. La tradition de la chevalerie est un fait disparaissant dans le temps, sauf dans le nord de la France, berceau du tir à l’arc.

La réussite au tir ne correspond pas forcément à la flèche plantée au centre, mais apporte des satisfactions très subtiles et intériorisées.
Elle se fond dans la maitrise, la pleine domination de soi-même et des éléments. La précision étant la conséquence du contrôle de tous ces paramètres et ce, sur chaque flèche. La flèche que l’on envoie ne porte jamais plus que ce qu’on lui a donné.

Pau, 1934 - Création de la société de tir de Bourbaki 

Les Palois ont débuté leur histoire d’amour avec le tir à l'arc grâce à M. Ernest GABARD, enfant du pays et artiste (a qui l’on doit sur Pau les œuvres : la Femme au Puits, Enfants sur les Vieilles Pierres, le buste de Louis BARTHOU et Henri FAISANS).

E. Gabard créa le 13 janvier 1934 la société de tir à l'arc de BOURBAKI, cette société était plus considérée comme une discipline artistique, pratiquée par des notables qu'une activité sportive. Le but de Gabard était d’en faire un sport à part entière, comme en Picardie, berceau de la pratique. Hélas le premier concours fédéral que devait organiser Pau en fin septembre 1939 coïncidait avec la déclaration de guerre.
Cette compagnie s’est donc éteinte ce jour-là pour ne plus jamais se raviver si ce n’est la reprise du Flambeau St-Jacques par la Compagnie des Archers du Vert Galant.

La première édition journalistique fut faite par le "Patriote des Pyrénées", le samedi 13 Janvier 1934.
Le jardin d’arc voyait le jour au stade Bourbaki, avec un premier entrainement officiel de 15 "chevaliers".

La vitalité du club se traduit par un tir "abat l’oiseau" le 30 mai 1934. Cette tradition est une discipline à part entière. Il faut toucher un oiseau en bois de 6-8 cm à la distance de 50 mètres. L’originalité provenant du fait que l’archer ne tire qu’une flèche, avant de laisser son tour au suivant. Le premier "Roy", titre décerné au vainqueur fut attribué a M. Bolh, entrepreneur de travaux publics palois, pour une année.

Tous les membres devaient au "Roy" obéissance et assistance.

1972 - La première Compagnie des Archers du Vert Galant

Elle fut créée le 15 Avril 1972 par Jean POUREDON, président jusqu'en 1989.

Il existait alors seulement 3 compagnies de tir à l’arc dans les Pyrénées-Atlantiques, avec Mourenx et Oloron.

Il y avait 34 participants au stage de formation de moniteur fédéral du 24 février 1975 ! Le premier archer palois à se qualifier aux Championnats de France 1975 est Jean-Yves Hourcade.

Le premier Roy fut Dominique Cazayus en 1972 et 1973. Le premier concours eut lieu le 1er octobre 1973 au Domaine de Sers, aux distances de 90 m, 70 m, 50 m, 30 m avec 24 participants. Les arcs sont en lamelles collées de bois, les viseurs commencent à arriver. Les concours peuvent être annulés pour mauvaises conditions météo (vent, pluie, froid) ce qui n’est plus le cas actuellement. Le concours du 23 septembre 1974 est une réussite avec plus de 100 participants où Dominique Cazayus gagna le fédéral.

Et Daniel Los commençait la compétition…

Le club organise son premier stage avec un entraîneur national M. J. Cadet. Une école de tir à l’arc est créée au Hall Baretous à la Foire expo tous les mardi soir grâce à la Direction Départementale de la Jeunesse et des sports. M. Los Daniel et Christian Commères sont déjà présents et très impliqués.

Avec Jean Pouredon, les balbutiements du tir à l’arc se faisaient avec des arcs en fibre de verre, mais cela n’a pas empêché la progression du club. En 1976 les premiers arcs métalliques apparaissent lors des concours. Apparition des stabilisations et premiers frémissements palois aux France… en 1977, Francine Caduff, Christian et Micheline Commeres et C. Fourmi sont tous sélectionnés pour les France.

Le 1er mai 1978 c’est l’apparition de Didier, Patrick et René Borras sur les podiums et sélection aux France, le début d’une saga que Patrick perpétue encore aujourd’hui.

1985 - L'apothéose

J.M Nougué champion de France Fédéral, champion de France salle par équipe de ligue, et médaille d’argent en Coupe de France, Henri Lauzel (2 fois médailles d’argent en FITA et Fédéral), Thierry Lamude et sa sœur médaille de bronze de tir en campagne, ont amené le club vers les sommets pendant plus de 15 ans.

René Borras, féru de technique et en éveil sut toutes les nouveautés fut le fondateur de l’équipe de compétition. Un vivier de champions étaient présents aux entraînements et enchaînaient les flèches.
La domination paloise sans partage n’était stoppée que par les membres de l’équipe de France… et encore, beaucoup ont perdu leurs illusions face aux Palois.

La tenue de rigueur pour tous était de couleur uniforme blanche avec un écusson brodé sur le cœur. Les nouvelles techniques ont permis de coloriser chaque club pour qu’il soit unique, effet visuel garanti !, ou presque, c’est encore l’époque du noir et blanc…

Voici donc une coupe de France et un titre pour toute l’équipe paloise.

Les arcs ont évolué pour passer de branches en bois vers des branches en carbone et même en nano-carbone actuellement. Toutes les flèches en alu (très lourdes) ont aussi été remplacées par le carbone (plus léger et plus rigide).

Le sport évolue vers l’excellence. Il s’y est ajouté la musculation, la sophrologie, la préparation mentale, un volume de flèches quotidien. Bref de la professionnalisation. Le manque de lieu de pratique freine la cadence des palois. Les écarts se sont creusés avec le haut niveau, mais les exploits existent.

Le tir à l'arc de nos jours

Avec une bande de copains cette compagnie se développait pour arriver aux performances du sport que l'on connaît aujourd'hui. La Compagnie des Archers du Vert Galant perdure grâce à la succession des présidents, J. Pouredon jusqu’en 1989, puis de Daniel LOS, et depuis 2000 avec Jean-Marc Nougué.

L’esprit reste le même, mais les époques ont changé. Le niveau du tir est monté grâce ou à cause de la professionnalisation. Les disciplines se sont diversifiées pour répondre aux attentes de toutes les populations.

Il existe beaucoup de pratiques différentes, mais quand le tir à l’arc est devenu un sport olympique, la discipline "arc classique" est devenue le phare de ce sport. Les archers doivent effectuer 2 séries de 36 flèches à 70 mètres. Le premier sera celui qui aura fait le plus de points, ensuite il devra confirmer par des tirs à élimination directe le droit de gagner définitivement son titre.

Pour les adeptes de sport plus près de la nature, il existe une discipline "tir parcours" où les cibles sont disséminées dans les bois, et une variante en "tir nature" aussi dans les bois mais sur des cibles animalières en mousse 3D. La création du "run-archerie", mélange de course et de tir sur cible, inspiré du biathlon, c’est une alternative pour ceux qui recherchent un sport alliant cardio et concentration.

De même les arcs sont déclinés en d’autres versions, arc à poulie, avec ou sans viseur, arc monobloc (droit ou pas), de quoi satisfaire toutes les envies.

Toutes ces disciplines sont très ludiques, avec un esprit de compétition plus orienté dans le tir olympique.

Dans les années 90, Henri Lauzel avec 19 podiums et 9 titres de champion de France en est le porte-drapeau, J.M Nougué 9 podiums et 2 titres (Fita et salle) Thierry Lamude (bronze en 1983, or en 1985, or en 1986 tir en campagne) la famille Borras, avec 5 archers dans la famille, a engrangé quelques armoires de coupes. Il ne faut pas oublier les centaines de victoires gagnées en France et en Navarre. Cela paraissait si facile à l’époque que c’était normal…Avec toutes ces récompenses les résultats se banalisaient. Seule la fierté de gagner était importante. Parmi les grands noms qui s’ensuivirent, Louis Breton (1991 et 1993),

Henri Dupuy, Jean-François Duvigneau (1994) et Lucie Dussau (2004) tentent leur chance en Équipe de France avec de beaux records à la clé. L’équipe constituée de Louis Breton, Jean-François Duvignau et
J.M Nougué a sillonné tous les championnats avec la consécration d’une belle médaille d’argent en 1994.

Plus récemment, J.M Nougué complétait sa collection d’avant 2000 par 5 podiums dont 1 titre en 2010.

En 2021, c’est au tour de Yohan Peynaud, en catégorie "arc à poulie" de perpétuer la tradition en terminant 1er ex-aequo, mais 2nd au départage, à 50 mètres à Riom. Belle médaille d’argent quand même.

La relève du club est présente avec Marion Dupuis et Alexis Viala.

Marion est sélectionnée en pole France et va débuter son cursus haut niveau dans quelques jours. Après avoir testé la natation, elle découvre le tir à l’arc dans un centre aéré et c’est le coup de foudre. En 2010, après une année d’initiation elle se lance dans la compétition. Sa volonté et son talent lui amènent des résultats, dont plus de 100 coupes. Elle affiche son rêve du haut niveau et multiplie ses entrainements, bien soutenue par sa famille. Contre vents et marées, elle se bat pour gagner sa place et se retrouve sélectionnée dans le pôle "sport-Etudes" de Nantes cet été. Elle n’a qu’une hâte, que la saison commence dans des conditions favorables pour montrer toutes ses capacités et arriver en Équipe de France.

Pour Alexis Viala, le parcours est quasi identique, mis à part la natation… Un départ pas simple malgré un amour inconditionnel du tir à l’arc qui lui permet de continuer sa passion. Sa volonté à lutter pour prouver son niveau est sans faille. Il a véritablement éclos cette année et sa courbe de progression est énorme. Techniquement très propre, il lui faut faire de grosses compétitions pour s’aguerrir.

Pendant toutes ces années le club a accumulé des victoires avec une courbe de progression constante.
La mise en avant du tir par équipe a aidé tous les champions à se faire une vie dorée individuelle… alors nous gardons cet esprit collectif pour faire éclore de nouveaux talents.

La pratique est partagée en 2 saisons, la saison d’été tir en extérieur au Domaine de Sers et la saison d’hiver, tir en salle couverte avec des entrainements au gymnase P. Emmanuel et à la MJC du Làu.

Les entrainements sont répartis sur les 2 salles du mardi au samedi. La compétition n’est pas une fin en soi, l’esprit de convivialité et de partage sont revendiqués et chacun est libre d’évoluer comme il l'entend.
Certains préféreront la compétition, ils pourront participer à des entrainements plus poussés sous les conseils d’entraineurs avisés. Ceux qui préfèrent le tir loisir bénéficient des conseils avertis des entraineurs. Car la force du club réside bien dans le nombre de bénévoles qui constitue l’ossature principale

Gérée en tant qu'association sportive à but non lucratifs, nous remercions la Mairie, tous les partenaires, les bénévoles, les licenciés sans qui les Archers du Vert Galant n'existeraient pas.

L’apport des bénévoles qui se renouvellent est une de nos plus grandes forces.

C’est l’un des objectifs du club en attendant d’avoir un lieu unique pour continuer à évoluer vers le haut,
ce qui est notre principal objectif.

Alors n’hésitez pas à nous rejoindre pour découvrir et partager un sport passionnant.