La Pétanque


/// Texte de Georges Escudé

Sur le plan international et national.

Les ancêtres du jeu de boules

images.jpeg
Sans titre.png

De nombreux indices laissent sous-entendre que le jeu de boules date de l’époque des pharaons, notamment depuis la découverte en Égypte de boules dans un sarcophage datant de 5200 ans avant J-C...

Plus tard, vers 600 avant J-C., ce sont les Grecs qui ont introduit le jeu de boules, le "sphéristique", qui consistait à envoyer des pièces de monnaie le plus près possible d’une ligne tracée sur le sol.
Les Romains occupant la Provence ont ensuite transformé ce jeu en remplaçant les pièces de monnaie par des galets, et la ligne tracée sur le sol par un caillou plus petit, servant de but.

Au fil du temps, les galets sont remplacés par des boules en bois tourné, puis clouté.

Peu après la naissance de la pétanque en 1907 à La Ciotat, les boules en bronze coulé font leur apparition en 1923. Il faut attendre les années 1940 pour qu’émergent les premières boules en acier.

La Ciotat, berceau de la pétanque
L’histoire de la pétanque est née à La Ciotat, il y a un siècle...

En 1907, sur le terrain Béraud à La Ciotat, des joueurs de boules s’adonnaient comme tous les joueurs au Jeu provençal. Un ancien excellent joueur qui ne pouvait plus pratiquer, Jules Le Noir, handicapé car perclus de rhumatismes, se mit à jouer tout seul, évidemment sans faire les pas et à courte distance.

Le voyant, ses amis se mirent d’accord pour jouer avec lui, en décidant qu’il faudrait lancer les boules depuis un cercle tracé au sol et les pieds tanqués (Pes tanques en provençal), c’est-à-dire les pieds posés au sol, par opposition au Jeu provençal où l’on a toujours un pied en l’air, soit au point soit au tir puisqu’il faut courir.

Peu à peu, ce jeu fut adopté par les Ciotadens sous le nom de " Jeu de boules pieds tanqués ", vite déformé en Pétanque. Il prit rapidement de l’ampleur et c’est sur ce même terrain que l’on organisa en 1910 le premier concours de pétanque.

Quelques dates clés :

1907 : création de la pétanque

1910 : premier concours de pétanque

16 janvier 1945 : création de la Fédération française

8 mars 1958 : création de la Fédération internationale

21 décembre 1985 : création de la Confédération mondiale des sports de boules (CMSB)

15 octobre 1986 : reconnaissance de la CMSB par le CIO

2003 : la pétanque est reconnue sport de haut niveau

Cette pratique à l’origine régionale s’est développée au fil des années pour devenir aujourd’hui un sport pratiqué sur les cinq continents.

Aujourd’hui, la Fédération française de pétanque et jeu provençal (FFPJP) compte 400 000 licenciés et environ 2 millions de pratiquants réguliers.

gris_edited.jpg

///

Le Club Pasteur a débuté en Janvier 1958

Fondé par Jean Costedoat

Les débuts du Club Pasteur à Pau

1958 / La création

Fondé en Janvier 1958 par Jean Costedoat et tous ses amis du quartier au 13 de la rue Pasteur dans l'illustre bar des Mondouch que dirigeait le couple vénéré Jeanne et Raymond dont on ne doutera pas un seul instant qu'ils en furent les géniteurs, le Club de boules Pau-Pasteur, à nul autre pareil, aujourd'hui résiste et persiste... Pouvait-il en être autrement à une époque où les "boules" n'avaient à souffrir de la moindre des tentations, hormis celles des bons prétextes dont aimaient arguer les joueurs eux-mêmes...
Un temps, peut-être l'âge d'or, un esprit en tout cas que d'aucuns regretteront sans doute, mais l'inexorable érosion du temps a ses effets sans lesquels l'existence, même celle d'un bouliste, ne tournerait pas rond. Bien sûr les âpres défis dans "la cour" rue de la Gendarmerie, ou les sacrées soirées "chez Raymond", à tout le moins leurs souvenirs, loin de s'estomper restent encore aujourd’hui indélébiles.

 

Plutôt Gave que long fleuve tranquille, le Club Pasteur trace son lit depuis plus de soixante ans, charriant son lot de péripéties que ses huit Présidents successifs se sont évertués à contenir dans la sérénité et la convivialité d’une entité soigneusement entretenue…Du précurseur Léon Bilhou à l’actuel et dynamique Patrick Coppa, Pasteur sera parvenu à conjuguer en parallèle les critères de loisir et de sport qui en ont fait sa raison d’être tout en permettant à ses nombreux adhérents d’y trouver leur aise parmi les diverses formules proposées. 

D’évidence, l’orientation et sa réussite sportive lui confère aujourd’hui un classement " Haut-Niveau " de son équipe phare en élite nationale, dans la continuité de performances antérieures dont les titres individuel 2008 et par équipe 2014 résonnent encore. Cela oblige à des égards, implique des efforts et investissements inextricables, aussi convient-il d’accorder tout le mérite de ces succès aux joueurs, filles et garçons confondus…

1972 / Le National en vitrine

Le National Pasteur de Pau, " Souvenir Léon Bilhou " toujours d’actualité malgré ses 44 ans, fut inspiré à l’origine pour promouvoir le jeu et le club afin de l’installer dans le giron national… Il germa dans l'arrière-salle du bar « Mondouch » rue Pasteur. La 1ère édition eut lieu en 1972 au stade olympique du Hameau sous la présidence du maire André Labarrère et, visitant plusieurs sites palois dont la place de Verdun et la Foire Exposition, il se posa définitivement au parc Lawrence à Pau, tout près de la Foire Expo, et de la place de Verdun avec des jeux qui y sont répartis pour certaines rencontres initiales, alors que le Parc, avec sa soixantaine de terrains et un stade d'honneur aménagé pour l’occasion de tribunes, abrite les phases finales. L'antériorité de ce Grand Prix, le plus ancien du Sud-Ouest, lui donne aujourd’hui une notoriété au palmarès éloquent. Les plus grands joueurs de la discipline y figurent malgré la concurrence et son éloignement au pied des Pyrénées. Longtemps, de subtiles exhibitions animées en prélude avec ferveur par Jean-Michel Sensenacq réunirent les meilleurs boulistes mondiaux lors de soirées et nocturnes spectaculaires encore dans les mémoires qui lui valent ses lettres de noblesse. La dotation de ce grand classique annuel est déterminée chaque année en octobre et s'inscrit bien entendu au calendrier national. Les indemnités intégralement versées aux participants s'élèvent au maximum autorisé soit 8 840€ (5 000€ d’apport + 3 840€ d’engagements) pour 256 triplettes, nombre limite fixé pour garantir des jeux aux normes fédérales. Durant le week-end, un Grand Prix Individuel honore la mémoire de Philippe Lopez et des épreuves ouvertes aux Dames et aux Jeunes accessibles gratuitement sont également au programme.

1981 / Vice-champion de France Doublettes Messieurs

Le Comité départemental sous la présidence de Christian Labrousse et à forte coloration du Club Pasteur organise à Pau, cette année-là, les championnats de France Doublettes et Individuel Messieurs… Cette grande « Première » en Béarn se traduira par une parfaite organisation au plan technique place de Verdun et une superbe soirée de gala au Casino de Pau. La manifestation marquera d’autant plus les esprits qu’elle a bien failli être légendaire au plan sportif avec l’exceptionnel parcours des représentants du CD 64 Debayle-Escudé. Soutenus par une foule de supporters massés dans des tribunes combles empruntées à la célèbre Moutète d’Orthez, les 2 joueurs de Pasteur céderont en finale face au tandem vauclusien Moraldo-Hulman, juste au bord d’une consécration tricolore qu’ils auraient pourtant bien méritée au regard d’une carrière au palmarès étincelant.

1983 / Le Parc Lawrance

La famille Mondouch a quitté le Béarn pour rejoindre la région toulousaine et celle des Minvielle s’est vouée un temps à entretenir le flambeau bouliste dans la rue Pasteur mais, comme les prémices d’une destinée harmonieuse, c’est au Parc Lawrance lieu idyllique en plein centre de la ville de Pau, que le Club Pasteur va naître une seconde fois grâce à l’estime et la considération que lui portent le maire André Labarrère et son adjoint René Cazenave. le Président Léon Bilhou et son équipe parviennent en effet à convaincre les édiles et le transfert du siège s’établit officiellement en 1983 dans l'écrin vert du fabuleux Parc Lawrance au 68 rue Montpensier avec tout un lot de privilèges dans le moindre n’est sûrement pas le contexte chatoyant d’une verdure ancestrale. Désormais indépendant et autonome avec son propre foyer et son légendaire « esprit » qu’il lui sera aisé d’affirmer, Pasteur vient d’écrire une ligne indélébile dans son livret de famille. Les saisons vont défiler, plus ou moins prospères, mais les dirigeants qui se succèdent préserveront l’essentiel des valeurs inculquées par le grand maître Léon Bilhou durant plusieurs décennies, dans la lignée d’une démarche intacte…Avancer et s’épanouir, seules vertus d'un remède dont on se surprendra à ne jamais douter.

2007 / Vice-champion de France Double-Dames

Valeureuses, jeunes et charmantes, Graziella Bacabara et Anna Maillard font sensation lors de ce championnat de France 2007 dans une catégorie féminine où l’hégémonie de ses stars semble établie comme une fatalité. Et pourtant, les surprenantes Béarnaises viendront troubler l’ordre à faire pâlir d’envie toute la corporation, sonnant la charge d’une nouvelle génération bien décidée à bousculer le conformisme dont semblait se satisfaire le microcosme. 1 puis 2 puis 3 puis 4…les victoires défilent dans ce championnat jusqu’à la fatidique finale et sa dernière mène qui leur est promise avec en prime le maillot tricolore. 12 à 12 et encore 3 boules en main pour enfoncer le clou de la gloire mais soudain le trou noir d’un destin récalcitrant pour un maillot devenu soudain insaisissable. Les insatiables Papon-Schopp monteront une fois de plus sur la plus haute marche. Anna et Graziella, fringantes et radieuses vice-championnes s’en souviennent encore, et nous, de ce tout petit point, en souffrons toujours !

2008 / Sébastien Ranquine - Champion de France

La chevauchée fantastique ardéchoise de Sébastien Ranquine en 2008 à Bourg-Saint-Andéol épouse l’histoire du club pour l’éternité et s’inscrit en lettres d’or comme seul et unique titre de champion de France jamais acquis dans ce sport pour le comité des Pyrénées Atlantiques

Oser, un jour d’été, défier individuellement l’éminence de la spécialité pour en revenir drapé de tricolore n’effleurait pas même l’esprit des plus inconditionnels partisans en tête desquels Philippe Lopez. Nombre de ceux restés au bercail recevaient comme autant de bénédictions les victoires qu’enfilait comme des perles l’improbable héros...Et pourtant, Alexis Marichy (52) puis Loïc Dupuis (41) puis Farid  Bekrar (34) puis Christian Fazzino (63) puis Christophe Tartaroli (09) et enfin Christophe Sarrio (69) connaitront tous le même sort, impuissants.  Sur la chaise, en costume de délégué et la moustache conquérante, le très regretté Président Maurice Arnal vivait l’embellie en toute sérénité sans jamais se départir de son calme olympien. - Il a eu sa part dans le succès concèdera le ‘’serial winner’’ - quand nos cœurs, eux, battaient la chamade. Seb aura bluffé tout son monde au point de banaliser le plus grand champion de tous les temps, Christian Fazzino en personne, balayé, esquinté, en quart de finale par tant de certitude inébranlable. En état de grâce, Sébastien comblait les siens jusqu’à l’extase, l’épouse aux délices et les enfants ébahis. Au club à Pau, en Béarn et dans tout le comité la rumeur se faisait réalité et autour de Philippe Lopez les regards embués trahissaient l’émotion d’un bonheur incommensurable. La suite inoubliable restera à jamais inaltérable. Champion de France…pour toujours !

2014-2015 / Champion de France par équipe N3

Vainqueurs respectivement en phase finale des groupes A et B de N3, Pau-Pasteur et Angoulême se disputèrent le titre de champion de France un dimanche de novembre à St-Pierre-les-Elbeuf. Passées les sueurs froides face à Auxerre écarté au tir de précision, les Palois, dans la continuité d’une saison splendide, vont planer sur cette dernière rencontre pour s’emparer de la bannière tricolore, cette fois par équipes de N3, s’assurant de fait l’accession en N2.

Ils s'y seront mis à 10 joueurs durant cette saison 2014 pour ravir ce titre de champion de France par équipes, enchaînant l’année suivante avec un bloc de 9 qui confondit les plus sceptiques au terme des 7 rencontres de la poule G du CNC 2. Grâce à une ossature solide et expérimentée les "bleus" affichèrent une nouvelle invincibilité finissant sans concéder la moindre défaite pour s’offrir le luxe de la montée en Élite 1. Cerise sur le gâteau, les 13 14 et 15 Novembre 2015 le groupe disputa la poule finale pour le titre cette fois de champion de France de N2 à Saint-Yriex près Angoulême et malgré quelques absences notoires, l’équipe fut bien près de surprendre à nouveau.

2016-2017 / Haut-Niveau équipes de N1 et Coupe de France

Pau-Pasteur installé depuis 2 ans en haut de la hiérarchie nationale par équipes Féminine et Masculine… Voilà une double consécration, fruit d'un investissement partagé par les dirigeants et surtout par les joueurs et joueuses, d'hier et d'aujourd'hui. Cela engendre forcément de l'implication et des efforts supplémentaires au niveau sportif mais aussi structurel et financier car il faut faire face dans les 2 groupes à des formations renommées… À un tel niveau, le seul problème réside dans l’absence de boulodrome couvert ou de structure adaptée obligeant hélas à un repli ponctuel à la Foire Expo pour les rencontres à domicile avec le poids des charges locatives du hall Ossau transformé en boulodrome. Malgré cela, l’aubaine est fantastique et l’histoire plus que belle grâce notamment aux prodigieuses sorties des 2 formations qui se taillent une réputation loin d’être usurpée. Les Filles distinguées «Gagas» alignent les perfs et, pour ne pas être en reste avec les Garçons héroïques à Nice, parviennent à renverser les situations les plus invraisemblables pour conserver à Tours un classement surprenant au sein des meilleures équipes féminines de N1.

Dans les diverses catégories Doublettes, Triplettes ou Individuelles, nos « Bleus » se qualifient régulièrement pour représenter dignement le comité ou la ligue et révéler de belles dispositions dans les championnats de France, nourrissant parfois comme ces dernières saisons quelques regrets à l’image des récentes éditions triplettes de Montauban ou de Narbonne avec Patrick Coppa, Seb Ranquine et Ludo Labrue qui atteignirent les phases finales en passant tout près d’une consécration, notamment dans l’Aude face aux champions du monde. Nonobstant les titres de champion individuel 2008 et de vice/champion Double Dames 2007 et Double Messieurs 1981, on relève encore de belles percées jusqu’en 1/4 de finale Triplettes et Doublettes Messieurs ainsi qu’en Double Mixte. Quant aux grandes épreuves traditionnelles comme les Nationaux, là encore les couleurs Pasteur ont souvent brillé avec des résultats retentissants aujourd’hui comme hier, mais comment ne pas évoquer la fantastique carrière de Marco Debayle portant si haut l’étendard du Béarn à travers l’hexagone. Il serait fastidieux d’en faire l’inventaire, mais il est sûr que le patronyme de ‘’Petitprince’’ n’est assurément pas le fruit du hasard, lui dont l’étoile scintilla durant des décennies partout en France à une époque, hélas pour lui, où la discipline sportive n’était pas aussi bien régentée qu’aujourd’hui.